Rencontre du temps

Et si ?

Le bruit sourd du métro gronde sous mes pas, du haut des escalators parisiens se faufilent des gens en masse, dont le visage m'apparaît perpétuellement fermé. Tapotant les smartphones, ces mains ne savent que faire de leur environnement. Vibrant d'écouteurs, seules les vibrations synthétiques parviennent aux oreilles."A quoi pensent-ils ?" , pensais-je. "Où vont-ils ? Quels sont leurs rêves ?" Je me perds dans mes questions existentielles, parmi ces regards obstrués de négation : ne pas voir, ne pas montrer qu'on s'est vu, ne pas se montrer. Pourquoi donc ces villes aux rêves acidulés de l'époque nous offrent la vaste quête de la solitude ? Je rêvasse et me berce de suppositions. - "Pardon Melle !" - "Oh excusez-moi, je ne vous ai pas vu.." dis-je à ce jeune homme, plutôt ennuyée. - "Ce n'est pas grave.. vous étiez dans vos songes..." Il me regarda profondément puis s'éloigna avec un air malicieux. Prise à mon propre jeu, je restai figée sur place quelques secondes. Un métro passe. "Pourquoi ne l'avais-je pas vu?" J'enlevai mes écouteurs et remis mon téléphone dans la poche. "Comment savait-il.. pour mes songes... comment avait-il vu ? " J'avais cette conviction profonde qu'il avait lu au plus profond de moi, comme-ci il avait suivi le flot de mes pensées, le temps d'un instant, entre deux arrêts. Il m'avait vue. C'était aussi simple que ça et je le ressentais profondément. Une autre rame arriva, les portes s'ouvrirent ; je monte dans le métro. "Et si nous étions tous reliés.. ?" pensais-je en regardant tous ces visages autour de moi. "Et si sans le savoir, nous nous parlions bien plus qu'on ne le croit ? Et si nous nous parlions en silence ? "... Debout, face à ces êtres centrés sur leurs mondes intérieurs, un large sourire s'esquissa sur mon visage. Je pris conscience d'une chose qui me parût tout à fait essentielle. Oui, nous sommes tous reliés. Et nous communiquons sans cesse par le flot de nos pensées et de nos rêves, l'univers de l'un rejoignant indéniablement l'univers de l'autre. Une vague de douceur s'empara de moi, ce qui, par l'ironie du hasard -ou non-, fit sourire mon voisin d'à côté. A son tour, d'un regard malicieux, il me regarda profondément et me souhaita "une agréable journée".
(11) (0)
Commenter

très touchant, c est vrai qu on dirait que les gens ne savent plus comment faire pour se parler autrement que derriere leur petit ecran, c est bien triste , c est pourtant si simple, un sourire, un bonjour
A Richard : je pense en effet que la technologie nous empêche d'être dans l'ici et maintenant, ce qui nous déconnecte de nous-mêmes, et donc aussi des autres... (vaste sujet!) A Noam : Merci beaucoup, ravie que ça t'ait touché smile A Mailis : Merci pour ton com yes Je qualifierais ton acte d'héroïque !! Car je ne pense honnêtement pas que j'aurai le courage de le faire.. angel Ce qui est sûr, c'est que je penserai à toi la prochaine fois que je suis dans le métro avec des gens qui mettent leur musique audible à tous, la question qui tournera alors dans ma tête sera.... : "qu'est ce que je fais ...?" <:P
Clin d'œil. un jour anodin au cœur des transports en commun, je lisais debout tentant malgré tout de rester suffisamment présente aux autres pour laisser passer badauds et poussettes , lorsque des sons mal diffusés vinrent s'imposer à moi, et je l'avoue m'agresser, je tentai de capter le regard de la personne détentrice de l'appareil de nouvelle technologie sans succès, les autres passagers ne semblaient témoigner d'aucune émotion nouvelle ou particulière... je ne sais ce qui se dressa en moi à cet instant, mais je me faufilai jusqu'à cette personne et me mis à lire à haute voix, rougissant certes, mais étonnement d'une manière claire et intelligible... une page plus tard la musique cessa, je levai la tête, remerciai la personne dont je croisai enfin le regard qui tout à coup me sembla posséder une foule d'émotions humaines dont un léger air contrit, une femme à sa droite me sourit jusqu'aux oreilles, l'homme d'un jeune couple un peu plus loin me fit un clin d'œil, je croisai encore quelques regards en regagnant ma place précédente, chacun d'entre eux révélèrent un être différent mais m'offrant des échanges silencieux sympathiques ou amusés... un homme plus mûr me dit "merci , parfois je n'en peux plus de faire le trajet entre deux ou trois musiques toutes différentes"... je ne pu faire autrement que de replonger mon nez dans mon livre pourtant bien incapable de lire une seule ligne tant mon cœur battait la chamade, mais arrivée à bon port l'étrange magie n'était pas encore évaporée et ce trajet s'est achevé avec quelques saluts discrets et pour moi la certitude d'avoir voyager avec mes semblables :-) Maïlis
J'adore ton texte ! Il m'a touché, je le trouve magnifique smile
smile j'aime bien... ce sont des questions que j me pose assez souvent aussi dans l métro ou l tram... smile finalement, qu'est ce qui nous "enferme"? la technologie? sans smartphone et autres écouteurs, nous serions peut-être plus ouverts aux autres et ces questions se feraient moins souvent... smile

Connectés

Tu dois être connecté pour voir la liste des membres connectés