Rencontre du temps

Relation 2.0

Tiré d’un texte de Jay Shetty en anglais.

 

Nous sommes la génération qui ne veut pas de relation

On veut pouvoir mettre une deuxième tasse de café dans notre story snapshat du samedi matin,

Nous voulons une deuxième paire de chaussure sur les photos artistiques de nos pieds avant de la poster

on veut ce statut officiel « en couple » sur Facebook, que tout le monde pourra liker et commenter

On veut ce message philosophique parfait sur notre mur qui illustrera nos idéaux de couples généraux

Nous voulons ce brunch entre amis du dimanche matin, pour noyer notre tristesse du lundi prochain.

On veut ce partenaire du resto du mardi, et que quelqu’un nous envoie par message « bonne journée » un mercredi.

Nous voulons ce petit « +1 » pour ces mariages où nous continuons d’être invités

Comment ont-il fait?

Comment ont-il trouvé leur « ils vécurent heureux et blablabla »

mais nous sommes la génération qui ne veut pas de relation

tu likes ou tu zappes dans l’espoir de trouver le bon match

On passe commande pour notre âme soeur, comme on le ferait pour une pizza

Nous lisons « 5 techniques pour détecter s’il s’interesse à vous », et « 7 manières de la rendre folle de vous »

pensant qu’on peut attirer une personne dans une relation comme on lance un projet sur pinterest

On investit + de temps dans nos profils Tinder, que dans nos personnalités.

Nous sommes ceux qui ne veulent pas de relation

on parle, on s’envoie des messages,

Entre snapchat et sextos

on sort et on se fait des happy hour

tu prends un café et attrape une bière,

tout pour éviter un véritable tête à tête

On s’envoie des messages pour se rencontrer,

des discussions bateaux pendant des heures,

juste pour rentrer à la maison et continuer à écrire ces mêmes discussions sans profondeur

Nous perdons toute chance de faire de réelles connections, en jouant mutuellement à ce petit jeu sans réels gagnants

La seule chose que l’on gagne, c’est juste d’être seuls

On veut la façade d’une relation sans les efforts et le travail d’une relation,

On veut tenir cette main, sans le contact visuel,

On veut flirter, sans avoir de discours sérieux,

On veut de jolies promesses, sans aucun compromis

On veut célébrer les anniversaires, sans les 365 jours qui les complètent

on veut le « ils vécurent heureux », sans l’effort ici et maintenant

On veut des connections fortes et puissantes, mais on garde les choses légères

Nous voulons quelqu’un pour nous tenir la main, mais nous ne voulons pas leur remettre le pouvoir de nous blesser entre leurs mains

On voudrait perdre pied, mais en même temps rester en sécurité, en voulant rester bien accrochés au sol pour pouvoir tout contrôler

On veut chasser l’amour, mais on ne voudrait pas tomber dedans, ni s’y heurter

Nous ne voulons pas de relations, nous voulons des amis avec bénéfices,

Nous voulons quelqu’un qui nous donne l’illusion d’être en relation, sans réellement être en relation,

on veut la récompense sans le risque,

on veut le beurre, sans payer l’argent du beurre.

On veut la connexion, mais pas trop

on veut faire des compromis, mais pas beaucoup,

On y va doucement, voir ou cela nous mène,

on ne veut pas mettre de mot sur ce que l’on est, juste suivre le courant,

On a un pied prêt à passer la porte, un œil toujours ouvert,

on garde les gens à distance, ni trop prêt ni trop loin, jouant avec leurs émotions,

mais en réalité nous jouons avec les nôtres,

quand les choses deviennent trop intimes pour être réelles, on court, on fuit.

Nous partons, en nous répétant à nous-même  « il y a d’autre poissons dans la mer ».

On voudrait pouvoir télécharger la personne qui nous conviendra à la perfection,

comme une application que l’on pourra mettre à jour au premier désaccord,

Compartimenté dans un dossier qu’il suffira d’effacer quand le besoin sera passé,

On ne veut pas déposer nos valises, ou pire, inviter quelqu’un à d’autre à déposer les siennes,

on masque tout derrière des filtres instagram, on préfère Netflix à une véritable conversation,

nous nous sentons le droit d’aimer comme nous nous sentons le droit d’avoir des emplois à temps plein à la sortie de l’université,

On souhaitera se blottir contre un corps chaud, mais pas celui d’un partenaire,

On veut quelqu’un avec qui manger, pendant qu’on zappe sur facebook les dernières actualités de nos amis virtuels

A un moment il faudra enfin reconnaitre, que les choses que l’on veut réellement, celles qui ont réellement de l’importance pour nous, ces choses qui nous donnent ce sentiment de satisfaction :

nécessitent de la patience.

Elles nécessitent du travail.

Elles nécessitent toutes de l’énergie et quelque compromis.

S’abandonner et accepter de perdre un peu de notre contrôle en sortant de notre zone de confort.

regardez, le challenge c’est qu’on veut tous être avec quelqu’un qui nous rende heureux

quand ce dont on a besoin de faire est d’être et agir comme la personne qui nous rendrait heureux.

On s’assoit avec des amis pour discuter des règles, mais personne ne sait à quel jeu nous jouons,

parce que le problème de notre génération qui ne veut pas de relation est qu’à la fin de la journée, en fait, on en voudrait une.

(13) (1)
Commenter

< Go!

Désolé d'abonder dans le sens du propos de Gilles mais je trouve ce texte du niveau d'un magazine du type "voici" ou "gala" (ou du moins de l'idée que je me fais de ces magazine, attendu, pour être sincère que je ne les ai jamais lus ...

On veut ; on fait ... déjà cette tournure à elle seule c'est de la généralisation. La généralisation lorsque l'on veut tirer des conclusions c'est souvent très mauvais tout comme le fait de confondre la corrélation et la causalité.

Ici, on l'impression que c'est surtout l'auteur ou son entourage qui utilisent snapchat, netflix ou lisent "« 7 manières de la rendre folle de vous »" et du coup quand on connait peu de chose et que l'on observe que son petit monde, on généralise parce que l'on pense que le monde s'arrête à ce que l'on connaît ... smile

Parmi toutes les phrases commençant par "on veut" (à part l'une ou l'autre, et encore), je ne me reconnais personnellement dans aucune d'elle, et j'ose encore vouloir espérer que je ne suis pas le seul...

Affirmer (comme il le fait là) que c'est une réalité, qui malheureusement - il faut bien l'avouer - se généralise, j'estime que c'est bien triste. C'est comme toute une génération de GSM d'une célèbre marque asiatique qui se targue d'être un "Life Companion", c'est désolant. C'est comme dire que, dans notre vie actuelle, on ne pourrait plus s'en passer... Qu'il s'agit d'un objet indissociable de notre quotidien. Que si on n'est pas 'branché' en permanence, on passe presque à côté de notre vie...

C'est un constat bien malheureux !

On appelle cette chose, un smartphone. Tellement intelligent que, plutôt inconsciemment, on s'en rend de plus en plus dépendant. Et ce, au détriment de certaines valeurs humaines fondamentales, comme le Respect, l'Honnêteté, la Sincérité, la Patience, et le Courage (de faire part de ses sentiments entre autre). Sans compter que le sommeil a aussi souvent tendance à être négligé !

C'est clair qu'il est tellement plus facile de se dire certaines choses par SMS, mail, Messenger, Whatsapp, ... que de les dire en face ! La facilité (dans tous les domaines de la Vie finalement) est une FAIBLESSE, à laquelle de plus en plus de gens ont tendance à céder.

 

L'importance donnée à ce petit appareil est malheureusement de plus en plus grande, alors qu'il ne devrait rester qu'un outil, utilisé de manière responsable par son propriétaire. Regardez tous ces enfants en bas âge qui jonglent déjà avec un GSM ou une tablette, c'est tout bonnement affolant ! Et ô combien irresponsable de la part des parents ! Il ne faut souvent pas regarder bien loin pour le constater.

 

Car après tout, il n'y a rien de plus riche dans la Vie, rien de plus humain, que les VRAIES RENCONTRES, les échanges entre 4 yeux (ou plus), bref les RELATIONS RÉELLES (et donc non virtuelles). C'est regrettable de constater que certains ont de plus en plus tendance à l'oublier !

 

Après, évidemment, loisir à chacun de se positionner par rapport à cet état de fait. Mais je crois que la modération (« le Juste Milieu ») devrait toujours être de mise. Une utilisation CONSCIENTE et HUMAINE, histoire de ne pas tomber dans un monde virtuel dénué de sens, où finalement on ne ferait qu'alimenter notre « façade virtuelle » par rapport à celle des autres.

 

Des relations humaines, moi j'en veux. Je le répète, il n'y a que ça de vrai. Mais des relations authentiques, intéressantes, constructives, franches et sincères. C'est ça après tout, tisser des vrais liens plus ou moins forts. Bien sûr, certains font naître des affinités amoureuses (et c'est tant mieux). C'est mon avis, mais j'estime que cette situation doit arriver tout naturellement et que ça ne doit surtout pas (!) constituer une finalité à atteindre à tout prix, à cause de quelque pression sociale que ce soit ou autre. La qualité de la relation en dépend, et de ça j'en suis persuadé ! Bien sûr, tout le monde connaît quelqu'un qui a trouvé l'âme sœur via l'un ou l'autre moyen virtuel dédié à cet effet, mais je pense que ça doit rester une exception, et non la règle !

 

 

Pour ma part,j'ai 48 ans ,le constat est le même,je ne pense que cela soit dû aux tranches d'âge,je rencontre les mêmes soucis...

Je pense sincèrement que l'on est dans une période de surconsommation et dans tout les domaines,c'est devenu tellement facile et internet n'a rien facilité que du contraire ,on prend ,on jette sans plus d'explications ,plus personne n'a vraiment envie de s'investir ,de s'engager trop de contraintes  et pourtant des gens seules,j'en rencontre et rien n'évolue ,on se plaint toujours d'être si seul ...

Lorsqu'ils étaient séparé par la distances, nos grand-parents s'envoyaient de longues lettres qu'ils conservaient, nos parents envoyaient des cartes postales ou de voeux et se téléphonaient, nous téléphonons ou envoyons un sms pour annoncer notre arrivée, nos enfants partagent les photos du buffet ou de la piscine de l'all in. pas étonnant que les amitiés soient jetable lorsque la communication est aussi superficielle, futile, volatile,....

En effet c'est difficile de trouver une personne prête à s'engager avec les défauts et qualités de la personne. Draguer sur des sites de rencobtre personnellement ça ne m'a jamais en amene d'intéressant. Le mieux je pense est de saisir l'opportunité d'une rencontre lors de sorties ou même au supermarché

C'est vrai que c'est difficile des deux cotés de la barrière.

"la seule chose que l'on gagne, c'est juste d'être seuls"..ça aussi ça me gonfle, car c'est faux. faut juste faire la part des choses, entre les personnes que t'as jamais vue et ceux qui font partie de ta vie "réelle". mais ce genre de conclusion toute faite, svp, stop ! idem pour la dernière phrase du texte

Afficher 1 autre réponse

"la seule chose que l'on gagne, c'est juste d'être seuls"

-> a garder les choses légères, sans engagements, forcément, à la fin c'est rare de finir accompagné.

pour la fin du texte, tu peux ne pas être d'accord, mais moi je le ressens comme tel.

Combien d'ami.e.s, ou ex-collègues se plaignaient d'être seuls, mais ne courraient qu'après des rencontres éphémères, ou zappaient le prétendant dès qu'il fallait faire deux compromis.

ou pire : les don juans qui se plaignent de leur célibat mais qui ne veulent que flirter, attirer et plaire, sans rien chercher de sérieux.

les madame Bovary insatisfaites de leurs routines, qui vont chercher à fuir cette réalité.

Des gens insatisfaits, il y en a partout.

Mais l'insatisfaction se gère différemment d'une personne à l'autre.

Costil, ce n'est pas parce que le texte ne te correspond pas, qu'il ne peut pas correspondre à d'autre.

Tu y vois essentiellement du négatif, ... d'autre y verront du positif.

Question de point de vue.

belle journée !

oui c'est bien sûr une question de perception. mais alors pourquoi en faire exclusivement une question de génération ? ( pas toi hein, mr shettay)

par le fait que c'était plus difficile de se séparer avant et qu'il n'y avait pas la tentation internet et autres, moins de champs des possibles . mais certainement pas parce que la "génération " de nos parents était moins diabolique que la nôtre !! les "vieux" profitent tout autant que les jeunes des possibilités d'internet s'ils le souhaitent, donc à ce niveau le terme génération est mal placé aussi...il aurait mieux fallu parler de "société actuelle", ça aurait été plus crédible

c'est surtout Olivierdo, qu'à une époque les femmes étaient toutes pour la plupart dépendantes de leurs maris ,de nos jours ce n'est plus le cas les femmes sont indépendantes professionnellement et dans d'autres domaines aussi ,elles n'ont plus besoin d'un homme pour gérer leur vies ...

A l'époque de nos parents ou de nos grand parents, d'une part la mère avait un revenu faible qui ne lui permettait pas de vivre seule, il y avait moins de sollicitations extérieures et d'autre part le contrôle social jugeait ceux qui divorçaient.

perso je pense que l'auteur du texte alimente son propre malheur( j'ai du mal à croire que ce ne soit pas qqun de triste, en tout cas pdt la période où il a écrit le texte). il peut très bien essayer de définir sa voie vers le bonheur sans se barricader derrière une généralisation ( même s'il a raison sur certains points)...mais j'aime pas trop cette manière de faire passer pour parole d'évangile qqch qui finalement est en premier lieu dicté par son ressenti, à mon avis. ce serait intéressant de savoir si cette personne est en couple et depuis combien de temps. s'il l'est depuis 15 ans, je me serai fourré le doigt dans l'œil, mais suis plutôt d'avis qu'il est célibataire dépressif ( passager ou pas)

Jay Shetty

https://jayshetty.me/my-story/

Jay Shetty is an award winning Host, Interviewer & Producer. Selected by Arianna Huffington to be the Host of HuffPost Rise (http://shows.huffingtonpost.com/rise), he has also worked on HuffPost Lifestyle and Voices. Jay is a Senior Host & Producer who has developed short form, premium and live content.

là où suis assez d'accord avec lui, c'est sûr l'attirance , peut-être plus actuelle, pour le contradictoire, tendance à vouloir une chose et son contraire. Mais j'ai pas l'impression que c'est propre à la relation amoureuse, ni même à la relation de quelque nature qu'elle soit ; c'est, je pense, du à société de consommation ...où le désir de satisfaction est finalement perpétuellement insatisfait.

* sur

Contrairement à nos parents, qui sont déjà dans la génération où l'on fait un métier qui nous plaît et où l'on gagne juste assez d'argent pour créer une famille, nous avons envie de vivre à fond, de nous amuser, de ne pas juste travailler pour nos enfants et de dépenser notre argent dans le confort, le bien-être, voire le luxe. La famille, on verra ça plus tard (ou pas surtout avec le réchauffement climatique, quand sera-il dans 50 ans ?). On prend le temps de vivre, de profiter et de se faire plaisir. Cela ne m'empêche pas de m'investir dans une relation, au contraire, j'ai plus le temps de profiter de ces moments à deux, de se poser des questions existentielles et de vivre en pleine conscience tout simplement. heart

Dans chaque vie on peut profiter du temps présent comme il est et le vivre en pleine conscience, dans certaines relations plus que d'autres il est possible de se poser et de dialoguer (chose que l'on apprends trop peu et qui est une grosse source de séparation), malheureusement on est pas parent de la même manière à 20 et à 50 ans.

 

Cessons de négativer le présent aussi, voyons notre arrière grand père/mère, il/elle disposait de la moitié de notre espérance de vie et elle était pas forcément joyeuse.

en m^me temps quand tu vois le nombre de divorces actuels des quadras et quinquas, on peut aussi inverser le problème et dire qu'on se mariait trop vite avant. donc, envisager le truc sous l'angle purement générationnel ( d'ailleurs, c'est quoi une génération ? 10 ans ? 50 ? ) est trop réducteur . je pense que c'est impossible , voire malhonnête intellectuellement, d'envisager le côté générationnel ( qui existe bien, j'en conviens) sans le côté historique, culturel et évolutif de la société. Et surtout ne pas abusivement confondre, comme le fait le texte, l'individu et la société.

je reviens sur le dernier point :

l'individu vit dans la societé, en cela il y subit une pression de la part de cette même société, de son entourage, et sa culture.

A partir du moment où l'on parle d'une tendance, d'habitudes, les deux peuvent se mélanger puisque c'est la societé qui te pousse à imaginer une bonheur complet uniquement en passant par le statut de couple/mariage ( concept du bonheur du texte) sur ses propres normes.

Ici en effet, le texte se base sur les normes de la societé de l'auteur.

On peut concevoir que cela peut changer d'un individu à un autre, puisque nous n'avons pas la même vision du bonheur, les mêmes cultures, societés, et valeurs.

et les côtés "c'était mieux avant", "on est lâche de nos jours" , pareil que gilles, ça me fait gerber. en réalité c'est bcp plus complexe . surtout d'abord sociétal et historique , bcp plus qu'individuel.

Afficher 1 autre réponse

tu noteras qu'il n'y a pas de comparaison entre "maintenant" et "avant".

Ici c'est juste mettre en avant le fait de se plaindre d'être celibataire ou d'envier les relations des autres, sans faire les efforts pour construire sa propre relation.

Il suffit de trainer une semaine ou deux sur "tinder", "happen", et autre appli du genre, on recolte plein de crush, des discussions vides, on multiplie les connections et pourtant ... c'est vide au final.

Ou ces couples qui sont au resto et qui sont sur leurs GSM à commenter facebook ou instagram, plutôt que de profiter du moment présent et de discuter avec la personne en face d'eux !!!

à partir du moment où l'auteur parle de "notre génération", il y a implicitement comparaison avec le passé, non ? en même temps, qui a créé tinder ? qqun de 80 ans ? non, qqun de notre génération, je suppose. pas slmt pour le business ( j'espère) . je ne perçois pas trop, dans le texte, ton 2e alinéa ("ici c'es jute....propre relation"). je ne dis pas que le texte est naze, mais trop péremptoire, et certainement pas à prendre comme argent comptant. c'est un point de vue.

tu marques un point avec "notre génération".

oui, c'est bcp trop caricatural ( sans parler de la dernière phrase du texte qui est clairment à jeter). ça fait un peu trop "exercice de style". ce serait marrant ( et faisable) de partir du même texte et de l'adapter aux années 70,50 , 30 ou au XIXème siècle..

ben, voila, tu as un joli challenge ! tu peux tenter d'appliquer ce texte au XIXeme svp? histoire de rire smile

tout n'est pas faux, mais 1/ c'est bcp trop simple ( je pense qu'il ne faut pas "alourdir " la conscience de chacun en le culpabilisant, mais plutôt envisager le truc d'un point de vue sociétal, car si on en est là effectivement sur certains points, mais pas tous, c'est pas vraiment voulu par l'individu !! il suffit de voir 50 ans en arrière : ok tout le monde était casé à 18 ans, mais ne nous leurrons pas : si à l'époque il y avait eu les mêmes moyens modernes qu'à présent, la vie aurait été pareille il y a 50 ans que maintenant, donc je comprends pas trop comment charger exclusivement l'individu comme le fait ce texte)

2/ c'est bcp trop généraliste et moralisateur : l'auteur du texte prétend-il en être "au dessus de la mêlée" ?( si oui c'est prétentieux), ou s'inclut-il dedans ? ( si oui il devrait avoir l'honne^teté de l'avouer)

bref, tout n'est pas à jeter, mais tout n'est pas à garder non plus !

Ce texte me rend triste sad0  heureusement que tout le monde ne pense pas comme ça,  l amour serait tellement déprimant sinon...

disont que cela va plus loin que cela, j'y vois une note positive et optimiste : parfois pour récolter ce que l'on souhaite, il suffit d'agir comme ce que l'on souhaite.

toute création nécessite des efforts, des compromis...

je ne vois pas ça dans le texte, mais si tu le vois, c'est tant mieux, car alors ce texte est réussi. comme quoi bcp est question de ressenti, même par rapport à un texte .

crossbones (Tu as lâché une véritable bombe là Estelle... Je n'ai rien contre toi mais ce texte me fait vomir ! Je prendrai le temps plus tard de développer) crossbones

Ton point de vue m'intéresse !

N'hésite pas à le partager svp

< Go!

Connectés

Tu dois être connecté pour voir la liste des membres connectés