Rencontre du temps

Smartphone, ce fléau...

« Nous avons créé une machine qui déchire le tissu social. [...] Ce que je peux contrôler, c’est ma décision de ne pas utiliser cette merde... et de ne pas laisser mes enfants utiliser cette merde. »
Chamath Palihapitiya, ancien vice-président de Facebook.

 
Au risque de passer pour ringard (le ridicule rend plus fort paraît-il) ou de m’exprimer à contre-courant général, je voudrais revenir une fois de plus sur l’utilisation du smartphone en public.
 
Mon but ici n’est pas de dénoncer, de jeter la pierre à qui que ce soit. Après tout, on n’est pas là pour juger (ou en tout cas le moins possible, c’est mal).
 
Au fil des sorties, je me rends compte simplement du fait que de plus en plus de gens utilisent de plus en plus souvent leur smartphone en présence des autres. Chacun est libre de faire ce qu’il veut, on est bien d’accord, mais à partir du moment où on est en public, j’estime que c’est à nuancer.
 
Je dis souvent (et pour tout) que « tout est une question de nuances ». Il est question de modération et non de démesure, d’extrême... ni trop, ni trop peu. Et je vais suivre par un exemple personnel (personne n’est parfait, et moi le premier) :
 
Il y a plusieurs mois de cela, j’étais avec 3 amis en train de jouer au Poker. En même temps que je jouais avec eux, j’étais occupé sur mon smartphone à jouer à une application de Poker...

Il ne s’est pas fallu 3 minutes pour que l’un d’entre eux me fasse la remarque que ce que je faisais là était déplacé, que ce n’était pas cool vis-à-vis d’eux, et que moi-même en temps normal je dénoncerais ce genre de comportement...
Je me suis senti terriblement gêné parce qu’il avait entièrement raison !
Je m’étais laissé aveugler par mon appareil à tel point que « je n’étais plus à 100% présent » avec ceux qui comptent pour moi, mon attention partiellement captée par ce petit écran.
 
La seule chose que je regrette à présent, c’est de ne pas avoir eu la lucidité (sur le moment-même j’entends) de le remercier pour sa réflexion et de m’avoir gentiment secoué... J’ai d’ailleurs encore l’intention de le lui dire un jour, car ce qui est différé n’est pas perdu.
 
Voilà, j’ai été remis en place et ça m’a fort bien servi de leçon ! Je pars du principe qu’en présence d’autres personnes, l’utilisation du smartphone doit se faire de manière responsable et modérée.
 
Quand on est en public, on est en public ! On est physiquement et mentalement présent avec les autres, même si on n’apprécie pas tellement la personne assise à notre gauche, qu’on est totalement indifférent vis-à-vis de celle à notre droite ou même qu’on répugne celle en face de nous !
Tu te sens seul, en manque de contact avec des gens « corrects » et tu crèves d’envie de sortir ton smartphone de ta poche ? Ou pire, de le prendre en main parce qu’il est déjà posé sur la table toute la soirée ? Alors tu te lèves, et tu vas dans ton coin pour trouver plus intéressant à qui « communiquer ».
 
Ça, c’est l’extrême... Le plus souvent, juste un peu de discrétion suffit, genre pour passer un appel, pour envoyer un message urgent, demander à la babysit’ comment ça se passe à la maison, noter une info intéressante, ...
 
Après, évidemment, il y a des usages qui sont incontournables, comme prendre une photo de groupe (qu’on aime ou pas, ça c’est un autre débat... - clin d’œil appuyé), préciser le lieu de rendez-vous du groupe, rechercher une info intéressante (Google est l’ami de pas mal d’entre nous), et j’en passe.
 
Je ne suis pas en train de dire ce qu’on peut faire et ce qu’on ne peut pas faire, Dieu m’en garde. J’aimerais simplement appeler à un peu plus de conscience et de présence lors des sorties, et de n’utiliser le smartphone que si c’est nécessaire et de manière appropriée. Je ne vais pas me mettre à pointer du doigt les écarts (fini de faire la Police, enfin presque...) mais encore une fois, la pratique de l’utilisation modérée doit prévaloir en public.
J’oserais même à dire que c’est une question de respect.
 
Après, certains vont dire qu’il faut vivre avec son temps et tout son lot de technologies de communication. Moi je répondrai que « plus on a d'outils pour communiquer, moins on communique, et plus la communication perd en richesse. » Ça ne vient pas de moi, je ne sais d’ailleurs pas de qui ça vient mais c’est très bien dit. On a beau jongler avec plusieurs moyens de communication, je reste persuadé que l’on communique réellement moins, et surtout moins bien. Contentons-nous déjà de parler en face à face et de se comprendre, ce n’est pas toujours évident, et même parfois... délicat.
 
« Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d'entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous croyez comprendre
Ce que vous comprenez
Il y a dix possibilités qu'on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même. »
Ça c’est de Edmond Wells.
 
Et cette courte vidéo "Les stars de la Silicon Valley alertent sur les dangers des réseaux sociaux et dénoncent l'addiction" en guise de cerise sur le gâteau :
 
(14) (0)
Répondre

Dans le cadre du travail, les nouvelles technologie s sont fortement utilisée. Surtout le GSM qui est devenu l'outil indispensable avec des applications comme l'émail, skype, gestion des dépannage en temps réel, etc...

C'est comme cela. On est en 2019 et j'espère faire beaucoup plus avec ce petit ordinateur qui tient dans ma poche. C'est génial de pouvoir contrôler via domotique ton chaufage ou ta centrale d'alarme. De utiliser en GPS pour les randonneurs,  en serveur de musique dans ta voiture...

Perso, je gère sans problème et j'évite de le sortir en présence d'autres personnes. Il faut juste ne pas en devenir esclave, mais l'utiliser a bon escient.

Je suis en train de lire une pépite :
"Petit Manuel de Résistance Contemporaine"
du co-réalisateur du film DEMAIN, Cyril Dion.
(je peux le prêter une fois que je l'aurai terminé)

Il y a un passage que je ne peux m'empêcher de vous livrer :

image perso

C'est amusant parce que si on remplace téléphone par "livre de poche", cela fonctionne tout autant.

 

J'ai vu dernièrement une archive d'une émission où les gens se désolaient des Walkman qui faisaient de la musique une activité égoïste et qui coupaient les gens du monde.

 

C'est très à la mode de taper sur la technologie, c'est très à la mode depuis des centaines d'années.

 

Vous vous sentez esclave de votre téléphone? C'est simple, laissez le chez vous, personne ne vous oblige à le prendre à ce que je sache?

Taper sur les dérives smile

Il existe des applications smartphone pour vous apprendre à moins utiliser votre smartphone...  whistling  

Et si on en reparlait après le débat de ce soir sur le sujet sur LA1? aloofandbored
Trop drôle que ce programme arrive pile-poil pendant ce débat RDT smile


image perso

love

Sorry, c’est une tartine  laughing  

Le problème du smartphone n’est pas le smartphone en lui-même, mais son ultra-connectivité à Internet, 24h/24 et en tous lieux.

Avant il y avait des temps distincts, le temps du boulot, le temps d’être avec sa compagne/compagnon, le temps d’être avec ses amis, le temps de ses hobbys et surtout entre tous ces temps, le temps d’être seul avec soi-même, temps de solitude que l’on acceptait facilement. Ces différents temps se mélangeaient peu ou pas, uniquement via le téléphone.

On avait aussi tendance à voir un ami, ou un groupe très restreint d’amis à la fois, avec sans doute des échanges plus profonds. Les différents groupes d’amis et de connaissances se mélangeaient moins, du moins, il me semble.

Avec l’ultra connectivité, ces temps et les différentes personnes se mélangent beaucoup plus. On est à la fois au boulot, mais connectée à sa compagne/compagnon et à ses amis. On est avec un ami et en même temps connecté avec un autre. Les temps de solitude avec soi, j’ai l’impression que nous ne les acceptons moins

Il me semble qu’il y a aussi des phénomènes, décris de façon accentué ici, qui proviennent de cette ultra connectivité continuelle.

« L’immédiaté » répondre tout de suite à un mail professionnel ou à un message messenger ou wats’ap. Se demander pourquoi un ami/sa compagne/son compagnon met tellement de temps à répondre alors qu’il/elle a vu le message à18h34 ?….

« Une espèce de curiosité avide » Être dans une surexcitation d’image, de contact, de lien. De connaissances avides de ce que les autres font avec cette impression que nous allons peut-être rater quelque chose

« L’accentuation d’un rapport groupale », mais avec ses dérives. Se montrer sous son meilleur jour sur FB. Ici ça concerne peut-être plus RDT. Dans les discussions de groupe plus privé, faire attention à qui nous mettons dedans et a ce que nous disons, car certaines personnes sont incompatibles entre elles et nous ne voulons froisser personnes. Mieux vaut alors rester dans le superficiel

Ces phénomènes existaient-ils avant ? Probablement oui en partie, mais ils se sont très fortement amplifiés et accélérés avec les smartphones ultras connectés. Il semble avoir introduit une forme de semi-besoin artificiel d’avoir accès à tout, tout de suite maintenant et avec tout le monde

Cet objet n’est vraiment pas anodin, sans que nous en rendions compte, il modifie certains de nos comportements

Je rejoins Olivier, Camille, Yves et Marc pour leur réflexion. Le smartphone permet de magnifiques choses tant qu’il reste un outil et non pas un maitre, tant qu’on respecte son propre rythme humain, sa propre vie privée et franchement ce n’est pas facile de le faire.

J’estime être un consommateur d’ultra connectivité modéré, je me déconnecte régulièrement, mais je constate que quand je le fais trop longtemps je ressens un manque lostit , ce n’est pas si facile que ça….. Ouf j’y arrive quand même un peu winking …. Mais merde je me suis déjà fait quasi bouffé par le système. crying   laughing  

Le smartphone, objet de science-fiction ?

image perso

 

Une image qui fait réfléchir, mais très incomplète avec l’ultra-connectivité et les différentes applis, vous pouvez y rajouter …..: une bibliothèque entière, un bureau de poste, des télécommandes de drone, de chaudière, de camera pour bébé, une imprimante, un scanner, des lecteurs d’empreinte, de pulsation cardiaque, un terminal bancaire, des magasins physiques, des tables de montages vidéo, audio, des traducteurs dans toutes les langues….. …… …. tout ça dans ma poche doh  

C'est intéressant comme débat! Surtout que ce débat et la façon de l'aborder n'est ni plus ni moins que "générationnel"... (Perso, j'ai encore connu les files d'attentes aux cabines téléphoniques publiques smile )
De mon point de vue, je trouve effectivement cette addiction au smartphone absolument PÉNIBLE, ça rend souvent les gens devant vous "indisponibles" (alors que le but, rappelons-le bien, est l'hyper-connectivité via ce nouvel outil de comm). Les gens préfèrent chatter plutôt qu'une vraie convers téléphonique à la vraie voix, à la vraie spontanéité, les gens préfèrent chatter plutôt qu'écrire une belle lettre... Rha... Comment ça "vieux con"??? smile aloofandbored smile
De mon côté, je le vois comme un moyen "supplémentaire" de toucher vite quelqu'un mais JAMAIS ça ne remplacera la chaleur d'une rencontre ou d'une conversation téléphonique... Juste un moyen de plus...plus froid, sans l'intonation de la voix, sans la spontanéité d'une convers en voix directe... et surtout, ça "isole" les gens... Si vous prenez les transports en communs de temps en temps, vous verrez ce que je veux dire... 8 personnes sur 10 chattent ou écoutent de la musique... mais tous ont leurs écouteurs scotchées aux oreilles... J'aime tellement "entendre la vie autour de moi", quand je fais mon jogging, je veux entendre les gens parler, les chiens aboyer, le vent siffler dans les arbres, euh...les voitures près de moi...etc...Pas question de m'isoler casque aux oreilles... En gros, oui, je vote "pour" la hi-tech...mais je déplore l'utilisation qui en résulte, à savoir, l'isolation du contact chaleureux humain...

Coucou ! 

Pour apporter ma pierre au débat... smile  

Au delà du manque de tact ou de politesse que tu "dénonces" ici, je pense que pour beaucoup d'entre nous, utiliser un smartphone en public c'est une forme de bouclier, de protection vis à vis de l'autre... Ce serait finalement qu'un prétexte pour retarder la rencontre avec le monde, l'autre qui nous paraît bien différent de nous, et qui, in fine, nous effraie, nous angoisse... Mais je ne jette pas la pierre, se protéger il n'y rien de plus humain..

Perso ce qui me choque et souvent m'attriste, surtout vu le contexte des sorties rdt, c'est bien souvent le manque de discussion... Rencontrer des gens c'est bien, aller à leur rencontre à travers un dialogue et non pas des monologues c'est mieux !

Voilà c'était mon coup de gueule du soir winking  

Chaque époque a ses addictions et ses bonnes ou mauvaises habitudes sociales. Les ouvriers et employés qui allaient boire plusieurs heures au café avant de rentrer en famille. Mes parents, non fumeurs tous les deux, avaient DES paquets de cigarettes, cigarillos et cigares pour bien accueillir les visiteurs qui trouvaient normal de fumer dans la maison. ...

Ce qui me gêne encore plus que l'usage associal du smartphone, c'est la perte de notre vie privée par la diffusion des photos via Facebook & Co, mais surtout la manipulation de nos choix par des propositions automatiques de plus en plus limitées :

Google Maps ou Waze qui par leurs algorithmes concentrent la circulation sur certains itinéraires. En utilisant les infos de Google Maps et Waze, mais en réalisant mon propre itinéraire, je peux gagner 20 minutes sur la traversée de Bruxelles .

Notre géolocalisation permanente qui enregistre nos "habitudes", nos recherches google qui se transforment en publicité insidieuse,  des applications qui signalent aux inconnus combien de fois vous les avez croisés et où; cette application lampe de poche qui a besoin d'avoir accès à vos contacts, vos photos, votre localisation pour fonctionner 

Mais surtout quel usage de nos données est faite par toutes ces multinationales ?

Là aussi, il est possible d'en avoir un usage responsable, en allant fouiller dans les paramètres des applications, en limitant l'accès aux données, ou tout simplement en n'ayant pas la 4G winking

Yves: Moi je sais ce qu'ils font de nos données... Moi, ils m'envoient des pubs pour des "sièges ascenseurs" pour remonter les escaliers... Ou parfois des pubs pour préparer mes obsèques... Je les trouve très bien renseignés sur mon état de santé smile laughing laughing yes winking

Ca me sidère cette addiction au smartphone, je ne la comprends pas. Comme si je m'étais arrêtée en 2000! Il y a beaucoup de choses qui me dépassent dans ces réseaux sociaux qui nous rendent asociaux.. ce qui me tue le plus, c'est que même dans la chambre, au moment de se coucher, on se tape encore ces maudits smartphones. Vive les ondes. #vieille avant l'âge winking

Moi je débranche carrément le modem avant d'aller au lit...

Je te trouve bien pessimiste smile   laughing   yes  

S'il est vrai que je connais sur RDT une ou deux personne plutôt addicte de son smartphone, je trouve que la plupart des personnes (et même hors RDT) l'utilisent comme ils le faut. A savoir, ils ne le sortent que très peu. Par contre, personnellement, les réseaux sociaux m'ont permis de rencontrer énormément de personnes. On a tendance a dire que tout ça n'est que du virtuel... C'est vrai en ce qui concerne l'interface utilisée... Mais derrière l'interface, il y a des humains bon dieu! Des gens comme vous et moi avec leur sensibilité et tout et tout. J'ai grâce a tous ces réseaux sociaux beaucoup plus d'amis qu'avant... Et j'ai aussi renoué quelques amitiés de longue date que j'avais perdu de vue. Je revois des gens de primaire, de secondaire... Un très vieil ami que j'avais totalement perdu de vue pendant 10 ans avec qui je pars maintenant régulièrement en vacances. Bref, pour moi, que du positif... 
Mais ceux qui disent que les réseaux sociaux ont tout bousillé oublient un peu vite ce qui se passait avant: Les gens passaient leurs soirées devant la télé a regarder des trucs abrutissants, certaines passaient leur soirée au téléphone... Qui n'a pas vu sa sœur ou son frère qui monopolisait la ligne téléphonique familiale pendant des soirées entières... J'ai entendu récemment une enquête sur les jeunes qui se tuaient sur les routes avec leur mobylette... Il parait que les chiffres diminuent fortement. La cause? Les gamins ne s'achètent plus de mobylette, mais un smartphone. Dans le temps, ils prenaient leur bécane pour aller voir leurs potes, maintenant ils restent chez eux a chatter avec leurs potes... A jouer les asociaux sur leurs smartphones... Dans le temps, ils se tiraient après le repas. Leur physique n'est maintenant plus absent, mais leur mental est toujours absent de chez eux.  Bref, des comportements asociaux, il y en a maintenant... Mais il y en a eu pas mal dans le temps aussi... C'est juste la méthode qui change. Rien de plus. Mais quand je compare ma vie avant internet et celle de maintenant, pour ce qui me concerne, il y a pas photo, j'ai beaucoup plus de chouettes potes, et je profite beaucoup plus des petits moments agréables de la vie. 

Je vous ai déjà dit que j'étais plutôt du genre optimiste? winking  

Connectés

Tu dois être connecté pour voir la liste des membres connectés